,

Le mot du directeur – Janvier 2018

(photo by Kinga Michalska)

ELAN aura 14 ans cette année. Les organismes à vocation artistique ont plusieurs ressemblances avec les êtres humains : à leur naissance, ils ont besoin de beaucoup de soin et donnent peu en retour. Au cours des premières années d’ELAN, il était difficile d’offrir des adhésions gratuites. Les gens demandaient : Pourquoi devrais-je devenir membre d’ELAN? Qu’est-ce que ça me donne? La réponse était courte : Pas grand chose. Les services coûtent de l’argent et une organisation peut difficilement obtenir du financement si elle n’a pas de membres. Heureusement, plusieurs artistes et travailleurs culturels ont vu le potentiel d’ELAN et nous ont offert leur soutien moral.

Le Conseil des arts du Canada et Patrimoine canadien se sont montrés prêts à prendre le risque de fournir un soutien financier à ELAN ce qui lui a permis de progresser et de transformer ses premiers pas en de grandes enjambées puis en une série de bonds impressionnants. Au cours de la dernière année, ELAN a atteint la maturité : les sources de financement se sont diversifiées, les projets et l’offre de services se sont multipliés et le personnel a doublé avec la venue de Naima Phillips et de Sufia Duez en novembre.

Maintenant, quand les gens demandent « Pourquoi devrais-je devenir membre d’ELAN? Qu’est-ce que ça me donne? Nous avons de bons arguments, mais le passé n’est que le prologue. De nouvelles ressources nous donnent la capacité de planifier des services et des programmes qui n’étaient pas envisageables auparavant, ce qui bénéficiera aux membres d’ELAN. De nouvelles ressources nous permettent de tendre la main aux artistes et aux travailleurs culturels qui n’ont jamais entendu parler d’ELAN. Nous entrevoyons plusieurs avenues pour ELAN au-delà de 2018 et d’intéressantes activités sont prévues pour l’année à venir. J’espère que plusieurs d’entre vous se joindront à nous alors que nous prenons notre élan.

 

Guy Rodgers

Directeur exécutif