Les élections fédérales sont toujours une bonne occasion pour débattre publiquement  de nos priorités collectives. On n’a pas beaucoup parlé des arts et la culture durant la campagne cette année, bien qu’ELAN se soit associé à une vingtaine d’autres organismes culturels pour publier dans Le Devoir une lettre adressée aux dirigeants des différents partis. Si la question des arts et de la culture semblaient moins urgents pour l’élection 2019, c’est sans doute en partie parce que le financement a été considérablement accru l’année dernière, tant au niveau fédéral que provincial.

La question du climat a pris beaucoup plus d’ampleur cette année. Le 27 septembre dernier, environ 500 000 citoyens inquiets, dont beaucoup étaient trop jeunes pour voter, ont défilé dans les rues de Montréal pour participer à la grève internationale contre les changements climatiques. Le personnel d’ELAN s’est joint à de nombreux autres organismes artistiques qui ont marché dans une mer de bannières aux couleurs vives. Certaines affichaient des messages pleins d’espoir et d’humour, mais un grand nombre d’entre elles étaient tristes et dramatiques. On peut avoir différents points de vue concernant la gravité et l’urgence de la question climatique, et on peut voter pour un parti ou un autre en espérant qu’il s’attaquera au problème, mais il était bon pour la démocratie et pour la planète que l’on donne la priorité à cette question en 2019.

Guy Rodgers

Directeur exécutif

(TEXTURES, fevrier 2019). Photo par Nasuna Stuart-Ulin.

Le projet de bourses ArtistesInspire créé par ELAN est en plein envol. Et cela après des mois d’efforts consacrés à la promotion de cette nouvelle opportunité auprès des écoles, à l’inscription de nombreux artistes chevronnés, au développement du site web et à la mise en œuvre d’un processus administratif complet en collaboration avec l’organisme LEARN. Le programme ArtistesInspire vise à envoyer des artistes dans chacune des 300 écoles publiques anglophones du Québec au cours des quatre prochaines années. Il s’agit là du plus important projet jamais entrepris par ELAN.

La directrice du projet, Christie Huff, avait également conçu et développé le projet ACE (Arts, Comunauté, Éducation) initié par ELAN. Au cours des quatre dernières années, elle a embauché des artistes qualifiés et créé des liens avec des enseignants. ELAN dispose maintenant d’un service Art-Éducation apte à coordonner les projets ACE et Artiste/Inspire. Il est encore trop tôt pour évaluer l’impact de ces projets sur les artistes, les enseignants et les élèves, mais toute notre équipe se réjouit des impacts que nous avons déjà pu constater.

De nombreux membres d’ELAN, anciens aussi bien que nouveaux, nous ont contactés pour nous féliciter du 15e anniversaire d’ELAN et nous remercier du soutien qu’ELAN leur a apporté au fil des ans. Au-delà de ces bénéfices directs, personnels et tangibles, une grande partie du travail effectué par ELAN, en particulier dans le domaine de la représentation et du développement communautaire, demeure difficile à mesurer et facile à ignorer. Ce n’est que sur plusieurs années que les changements se font sentir. Ce 15e anniversaire est une merveilleuse occasion de faire le point.

Guy Rodgers

Directeur exécutif

Front row centre, Bettina Forget; second from left, Kristelle Holliday
Back row second from left, Amy Macdonald, fourth from right, Fortner Anderson

Image de l’AGA 2016 d’ELAN: Première rangée, au centre: Bettina Forget; deuxième à gauche: Kristelle Holliday. Rangée arrière, deuxième en partant de la gauche: Amy Macdonald; quatrième de droite: Fortner Anderson.

Ce mois-ci, ELAN fait ses adieux à Amy Macdonald, qui travaillait avec nous depuis six ans. Arrivée à l’été 2013, peu après la crise financière qui avait assommé ELAN et réduit son personnel  à un seul employé à temps partiel, Amy m’a aidé à rebâtir l’organisme sur des bases solides, en prenant en charge toutes les tâches liées à l’adhésion et aux communications. Au cours des dernières années, alors qu’ELAN multipliait les projets et embauchait de nouveaux employés à temps plein, Amy nous a aidés à surmonter les difficultés liées à la création d’équipes de travail, à la gestion des communications et à la création d’une synergie entre les équipes de projet externes. Alors qu’elle s’apprête à poursuivre sa carrière de musicienne, Amy laisse ELAN dans un état bien meilleur qu’à son arrivée. Au nom du personnel, du conseil d’administration et des membres d’ELAN, je tiens à remercier Amy pour son apport inestimable à ELAN et lui souhaite bonne chance dans les aventures passionnantes qui se présentent à elle.

Ce mois-ci, nous disons également au revoir à trois dévoués membres du conseil d’administration qui ont terminé leur mandat de six ans, tel que stipulé dans les règlements d’ELAN. Membre d’ELAN depuis sa fondation, Bettina Forget en assumait la présidence depuis 2015. Nul n’aurait pu espérer meilleure ambassadrice et leader que Bettina, qui se montrait toujours disponible pour ELAN tout en menant sa propre carrière artistique, en dirigeant une galerie et en complétant des études de maîtrise, puis de doctorat. Kristelle Holliday a été notre trésorière pendant trois ans. En tant qu’administratrice du Théâtre des Petites Lanternes à Sherbrooke, Kristelle a dirigé une série d’activités de réseautage « Made en Estrie » qui ont permis de renforcer les liens entre les artistes anglophones et francophones des Cantons-de-l’Est et le Conseil de la culture de l’Estrie. Kristelle est également la seule trésorière que je connaisse qui puisse rendre le rapport financier d’une AGA aussi divertissant qu’un numéro de stand-up. Fortner Anderson, poète et spoken-wordiste bien connu, a pendant de nombreuses années contribué largement aux interventions d’ELAN devant le CRTC. Il a également représenté ELAN au conseil d’administration de Culture Montréal et au comité consultatif de programmation de MAtv.

Je vous invite tous à assister à la 15e assemblée générale d’ELAN, le 26 août prochain, afin de saluer et remercier les membres sortants du conseil d’administration et d’élire leurs successeurs. Ce sera également l’occasion de souhaiter bonne chance à Amy dans ses prochaines aventures et de rencontrer la personne qui lui succèdera et devrait être embauchée à temps pour l’assemblée générale et pour la soirée du 15e anniversaire qui se déroulera au théâtre Rialto à Montréal.

Guy Rodgers

Directeur exécutif

Il y avait longtemps qu’une loi n’avait autant divisé le Québec que le projet de Loi 21. Ce qui sépare les partisans de la loi et ses opposants est une affaire de vulnérabilité personnelle. Compte tenu du lien direct qui existe entre le sentiment de vulnérabilité et le statut de minorité au sein de la société québécoise, il n’est pas surprenant que de nombreux membres d’ELAN se sentent mal à l’aise en ce qui concerne le projet de loi 21 et la façon dont il a été adopté.

Quand j’étais enfant, mes parents recouraient à une méthode très simple pour nous enseigner la notion d’équité. L’un des enfants devait couper le dessert en portions égales. Ensuite, les autres enfants choisissaient leurs parts en premier, et le découpeur en dernier. C’était là une véritable leçon de démocratie pratique.

Au sein d’une démocratie, on peut recourir au vote à la majorité pour prendre des décisions qui concernent de manière égale tous les citoyens. Mais les problèmes qui n’affectent pas tous les citoyens de la même manière nécessitent une approche plus équilibrée et plus prévoyante. Si la liberté d’une minorité peut être restreinte aujourd’hui, une autre minorité en souffrira demain. Un jour, à certains égards, nous serons tous en situation de minorité, et ce jour-là, il sera terriblement facile de comprendre pourquoi les personnes qui coupent le gâteau ne devraient pas avoir le monopole de décider qui a droit aux plus grosses parts.

Heureusement, nous vivons dans une société où même les questions litigieuses peuvent être débattues dans le respect, car nous pouvons tous, de manière très réelle, nous identifier comme faisant partie d’une minorité vulnérable. Je vous souhaite à tous un magnifique été.

 

Guy Rodgers

Directeur exécutif

 

 

 

Il me fait plaisir de vous présenter la nouvelle directrice administrative d’ELAN, Deborah Forde, que plusieurs d’entre vous connaissent déjà. Ayant occupé le poste de directrice générale de la Quebec Drama Federation, Deborah arrive à ELAN avec une vaste expertise en matière de demandes de subventions, de budgétisation, de gestion financière et de ressources humaines. La présence de Deborah au sein de notre équipe me permettra de travailler au nouveau projet passionnant dont je vous ai fait part le mois dernier. Tous les membres du personnel et du conseil d’administration d’ELAN se joignent à moi pour souhaiter la bienvenue à Deborah.

Je tiens également à féliciter Christie Huff pour le travail extraordinaire qu’elle a accompli auprès d’ELAN afin de créer un programme reliant arts et éducation. Christie et moi avons travaillé en étroite collaboration pendant plusieurs mois pour rédiger la demande de subvention concernant l’initiative ACE (Arts, Communautés, Éducation). Cette année, grâce à une nouvelle subvention du Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise, douze écoles et communautés du Québec ont collaboré avec des artistes pour offrir aux élèves des expériences d’apprentissage dont les participants nous ont dit qu’elles avaient été très signifiantes. Le 23 mai dernier, après avoir célébré un projet novateur réalisé par les artistes Jason Selman et Melanie Garcia à la Laval Senior Academy, ELAN a lancé un nouveau projet subventionné par le gouvernement du Canada, et qui s’intitule Artistes Inspire (AIG).

Le programme Artistes Inspire est le projet le plus ambitieux jamais entrepris par ELAN. Il s’agit en effet de distribuer au cours des quatre prochaines années des mini-subventions de 1 500 dollars à des centaines d’écoles desservant les communautés anglophones, afin que des milliers d’élèves puissent vivre des expériences inspirantes avec des artistes. Pour coordonner les projets ACE et AIG, ELAN a créé l’équipe ArtEd, dirigée par Christie Huff, en collaboration avec les consultantes Jennifer Cooke et Paula Knowles et la responsable de programmes chez ELAN, Amy Macdonald. Ces entreprises sont stimulantes et passionnantes. Vous en entendrez parler davantage au cours de la prochaine année.

Guy Rodgers

Directeur exécutif

L’Initiative ACE par ELAN Québec aide les artistes, les organisateurs communautaires et les éducateurs à établir des liens et à développer des projets avec et pour leurs communauté dans le but de créer des opportunités d’apprentissages, de développement de compétences et de relations contribuant à la vitalité personnelle et communautaire de chaque participant.

Ce mois-ci, plusieurs projets auront lieu dans des écoles québécoises. Pour en apprendre plus sur ces projets et les possibilités d’engagement en tant qu’artiste, d’organisateur scolaire ou communautaire, visitez :  

 

Le page Facebook : @ELANArtEd
Instagram : @elan_quebec_ace_initiative
Le page web : https://www.quebec-elan.org/linitiative-ace/?lang=fr

 

 

Guy Rodgers avec Rahul Varma (Teesri Duniya), Catherine Cahill (Playwrights Workshop Montréal), Hugh Mitchell (Quebec Drama Federation Board Member), Elsa Bolam (Geordie Theatre). 1989.

Comme plusieurs d’entre vous le savent, j’avais prévu quitter ELAN cette année, car le 15e anniversaire me semblait être un moment propice pour effectuer un changement de direction au sein de l’organisme. Mais j’ai modifié mes plans quand nous avons appris que le Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise accordait son soutien à la réalisation d’un projet qui me tient à cœur. J’ai débuté mon parcours de militant pour les arts alors que je sortais tout juste de l’École nationale de théâtre. À cette époque, il était très difficile d’être un artiste anglophone au Québec, et cela pour de nombreuses raisons allant des barrières linguistiques au mythe persistant selon lequel les anglophones étaient riches et n’avaient pas besoin de financement public. La plupart de ces conditions ont changé, mais des sondages confirment que les artistes anglophones se sentent toujours plus proches du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts de Montréal que du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). De même, la SODEC est perçue comme étant moins accueillante que TÉLÉFILM.

Dans le cadre de ce projet, que nous avons nommé Relations Québec, nous consacrerons les deux prochaines années à identifier toutes les sources de financement du gouvernement provincial susceptibles de profiter aux travailleurs culturels anglophones, qu’il s’agisse des programmes réguliers d’aide aux artistes, du soutien à la recherche d’emploi ou à la création d’infrastructures, ou encore au développement régional et économique. Parallèlement à cela, nous allons documenter les besoins de la communauté, puis tenter de trouver des solutions pour répondre à ces besoins. J’ai embauché Sophie Croteau (nous présenterons Sophie dans le prochain bulletin) comme coordonnatrice de recherche, et j’ai ouvert un nouveau bureau pour la tenue de ce projet.

La Quebec Drama Federation (QDF) et la compagnie de théâtre Teesri Duniya sont les nouveaux voisins d’ELAN, au 9e étage du 460 Sainte-Catherine Ouest. Mon premier accomplissement à titre de militant pour les arts fut la création de la QDF, dont j’ai été le directeur exécutif fondateur. Rahul Varma a récemment créé la compagnie Teesri, elle-même membre de la QDF, et Rahul et moi sommes devenus amis. Chaque fois que je passe devant son bureau, j’ai le sentiment de clore un cycle. Je me réjouis du fait que mes dernières années au service d’ELAN seront consacrées à la mise en œuvre d’un projet qui constituera l’aboutissement logique de nombreuses années de lobbying artistique et facilitera l’accès à des programmes d’aide financière pour les artistes anglophones du Québec.

Guy Rodgers

Directeur exécutif

Guy Rodgers avec Kristelle Holliday, et Ziv Przytyk du ShazamFest au “Made en Estrie”, Sherbrooke QC.

Le mois d’avril marque le début d’un nouvel exercice financier. Les projets de l’année dernière sont terminés, mais leur impact continue de se faire sentir. Le Sommet des arts s’est révélé être la plus importante rencontre communautaire qu’ELAN ait initiée depuis 2011. L’un des avantages qu’il y a à rassembler des gens pour leur permettre de partager leurs idées, connaissances, rêves et projets, c’est de créer un réseau de liens, telle une multitude de nouvelles synapses se produisant entre les neurones. Le pouvoir créateur du cerveau réside dans sa remarquable plasticité. Il en va de même pour une communauté en bonne santé. Parmi les connexions qui se sont établies au cours du Sommet des arts, certaines se transformeront en projets de collaboration entre artistes et travailleurs culturels. Les idées qui ont émergé ces derniers mois auront un impact sur les projets d’ELAN dans les années à venir.

Le mois d’avril est aussi le moment de lancer de nouveaux projets. Nous avons effectué les deux étapes de recherche préalables au projet ARTS2U, et nous entrons maintenant dans la phase de développement, grâce au fonds de Stratégie numérique du Conseil des arts du Canada. Ces recherches étaient de nature très technique, mais l’idée qui sous-tend le projet est assez simple. Comment les artistes et les producteurs culturels peuvent-ils utiliser la technologie numérique pour mieux communiquer avec le public tout en gardant le contrôle de leurs propres données? ELAN se prépare également à lancer un autre projet d’envergure, celui-là rendu possible grâce au Plan d’action pour les langues officielles mis en place par le gouvernement fédéral. Par l’entremise de son programme de bourses Artistes Inspire, ELAN vise à multiplier la présence d’artistes dans les écoles publiques anglophones du Québec au cours des quatre prochaines années. C’est un projet vaste et ambitieux, mais nous avons une équipe magnifique qui travaille avec nous pour le réaliser. Vous entendrez beaucoup parler des bourses Artistes Inspire au cours des prochains mois.

J’étais à Ottawa le 11 mars dernier, lorsque Mélanie Joly, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, a lancé une consultation publique sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles, qui aura 50 ans cette année. Le Canada et le Québec ont beaucoup changé depuis 1969, et la loi doit être mise à jour, mais elle demeure essentielle pour la vitalité des communautés de langue minoritaire. ELAN participera activement aux discussions visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, car elle est d’un grand soutien pour la communauté de langue anglaise au Québec, ainsi que pour ses artistes.

Guy Rodgers

Directeur exécutif